• Mon bébé préfère son père

    Bonjour,

    J’ai 2 petites filles de 20 mois et 3 ans.  Voici ce qui me préoccupe et qui me fait tant de peine. Depuis toute jeune (moins d’un an), mon bébé de 20 mois démontre une préférence marquée pour son papa.  Comme elle a passé toutes ses journées avec moi jusqu’à 14 mois, je me disais qu’elle devait simplement s’ennuyer de son père. Mais maintenant qu’elle va à la garderie 3 jours par semaine, la situation demeure et s’aggrave… Quand elle est avec moi et que papa n’est pas là,  c’est une petite fille colleuse, adorable et plutôt facile même si elle a besoin de beaucoup d’attention (elle n’a que 20 mois après tout!). Je suis une maman disponible pour mes filles.  Je passe du temps de qualité avec chacune d’elles et  nous vivons de belles journées ensemble. Dès que papa arrive du travail, d’une sortie ou la fin de semaine, mon bébé saute dans ses bras et ne veut plus le quitter…  Elle ne veut pas me voir, me pousse, ne veut pas m’embrasser ou ne veut pas que j’aille la coucher. Quand je m’approche pour un bisou, elle me repousse et dit même : “non papa” en embrassant son père. Les matins ou les soirs où nous avons la chance d’aller chercher nos filles à la garderie ensemble, mon conjoint et moi, ma cocotte m’ignore, fait des câlins à papa et me regarde à peine….  Je tente tant bien que mal de ne pas réagir mais ça m’attriste profondément.  Les seuls moments où elle m’appelle systématiquement sont au lever le matin ou si elle se réveille la nuit.

    Jusqu’à tout récemment, papa cédait facilement à ses nombreuses demandes parce qu’elle était “juste un bébé”.  Il en est conscient et tente de faire des changements. Je suis davantage capable de faire naturellement preuve d’une douce discipline avec mes filles.  Je ne suis pas “sévère”, mais je parle avec douceur d’un ton ferme et je sais dire non. J’ai toujours eu le sentiment que mon bébé ne l’aimait pas nécessairement plus mais qu’elle était consciente de son “pouvoir” auprès de lui.  J’ai déjà lu quelque part qu’un enfant n’aimait pas nécessairement plus un parent que l’autre mais qu’il pouvait clairement trouver les choses plus amusantes avec un des parents en particulier. Je n’ai pas envie d’être le parent le plus ennuyant dans le cœur de ma fille.

    Croyez-vous que mon analyse de la situation est bonne? Je n’ai pas du tout envie de porter seule le rôle de la discipline.  Je veux que la tâche soit partagée à ce niveau…  Je n’ai pas envie non plus d’avoir à imiter mon conjoint pour que mon bébé me choisisse parfois.  Je veux rester moi-même et créer un lien d’attachement solide avec ma fille.

    Je termine en précisant que la situation n’est pas la même avec ma fille de 3 ans.  Elle démontre une légère préférence pour maman si elle se fait mal ou pour jouer aux poupées (hi hi hi), mais la relation est, disons, plus “équitable”.

    Pouvez-vous m’aider?

    Une maman très triste…


    Bonjour Maman très triste,

    Je comprends votre sentiment. Vous aimez profondément votre bébé et craignez que ce sentiment ne soit pas réciproque. Vous enviez la complicité qu’elle a avec papa et craignez d’avoir le rôle de la méchante à ses yeux. Rassurez-vous, malgré vos inquiétudes, votre fille vous aime. La première chose que je vous recommande, est de ne pas vous en faire avec cette situation. Répétez-vous que votre fille vous aime. Elle a un père qu’elle adore, mais aussi une mère merveilleuse qui a à cœur son bien-être et son développement.

    Ne prenez pas personnel le fait qu’elle désire son père en votre présence!

    Effectivement, elle peut avoir conscience du pouvoir qu’elle a sur lui, mais aussi sur vous. Elle peut, de manière inconsciente ou non, chercher à provoquer une réaction de votre part. Demandez-vous quel gain a-t-elle par cette action? A-t-elle davantage d’attention de votre part? De la part de papa? Les réponses que vous trouverez vous guideront sur les changements à apporter.

    Ma seconde recommandation est de former une équipe avec votre conjoint. Vous devez clarifier la situation ensemble et vous allier par rapport aux actions que vous mettrez en place.

    Première action : Faire équipe dans la discipline.

    Déterminer vos règles de la maison et faites consensus. Les règles doivent être les mêmes avec les deux parents et doivent être gérer de la même façon. Évidemment vous avez vos personnalités, mais les conséquences vis-à-vis un même geste doivent être identiques. En plus de permettre à l’enfant un sentiment de sécurité, cela évite qu’un parent soit le « méchant » et l’autre le « gentil ».

    Au départ, vous aurez probablement à vous ajuster car vous ne pouvez prévoir toutes les situations. Par contre, établissez-vous la règle suivante entre vous : lorsqu’un parent intervient avec un enfant, il termine l’intervention jusqu’à la fin. Si l’autre parent est en désaccord avec lui, il le dira plus tard et sans la présence des enfants.

    Deuxième action : Votre amour est plus fort que tout !

    Lorsque votre fille vous repousse et colle son papa, celui-ci doit lui montrer qu’il vous aime aussi. Prendre le temps de lui nommer : «  je t’aime beaucoup et j’aime aussi ta maman et je lui donne un bisou ou lui fait un câlin ».

    Troisième action : Changer votre approche.

    Plutôt que rechercher l’affection de votre fille en présence de papa et vous attrister lorsqu’elle vous repousse, faites-lui savoir que vous êtes là pour elle, que vous l’aimez et que lorsqu’elle sera prête il vous fera plaisir de la câliner. Tournez-vous vers votre autre fille et faites-lui un câlin.

    Par exemple, lors de votre arrivée à la garderie, vous pourriez dire ceci : « Bonjour ma belle, je suis contente de te voir. Tu as passée une belle journée? Tu sais que je t’aime beaucoup et quand tu en auras envie, j’ai plein de câlins juste pour toi. » En vous retournant vers votre grande « Et toi ma grande, tu veux un câlin? ».

    Porter attention à sa réaction. Si vous remarquez de la colère, dites-lui ce que vous voyez et invitez-la à venir dans vos bras. Nommer l’émotion qu’elle vit. Par exemple, « tu es fâché parce que tu es restée à la garderie toute la journée et tu t’ennuies de maman. Tu aimerais que je te prenne, mais tu es très fâchée. C’est ça? Est-ce que tu aimerais venir dans mes bras maintenant?»

    Si vous remarquez de l’indifférence. Passer à autre chose. Donner votre affection à votre grande. La petite viendra vous voir tôt ou tard car vous êtes sa seule et unique maman.

    À ce moment, prener le temps de lui dire à quel point vous aimez ses bizous et câlins (J’aime bien dire à mes enfants « humm, délicieux! »). Ne faites pas de commentaires par rapport aux fois où elle refuse et vous repousse, metter votre attention sur le comportement que vous aimez seulement et profiter du moment.

    Quatrième action : Faites une rotation.

    Faites une rotation pour la routine du dodo. Un soir, c’est papa qui fait la routine du dodo avec votre plus jeune et l’autre, c’est maman. Pendant ce temps, l’autre parent est avec la grande. Faites-vous un jeu avec vos photos. Par exemple, la photo du parent qui fait la routine est sur la porte de la chambre de l’enfant (ou au dessus de son lit, s’ils sont dans la même chambre). Le lendemain, vous échangez les photos. Cela permet aux 2 parents de vivre de moments privilégiés avec chacun de ses enfants, tout en créant une routine sécurisante pour ceux-ci.

    Les premières fois, vous rencontrerez peut-être une certaine résistance de la part de vos filles, mais persévérer sans céder! Elles auront le choix, c’est le parent prévu ou rien. Tranquillement, elles s’habitueront et cela vous permettra de vous rapprocher de votre petite, même en présence de papa.

    J’espère que cela vous rassure et vous éclaire. Je vous invite à contacter un coach familial si vous en ressentez le besoin; celle-ci pourra vous supporter et vous guider.

    N’oubliez pas, vous êtes une mère extraordinaire!