• Mon fils adore taquiner les autres

    Bonjour,

    Je cherche des suggestions de livres pour enfants (ou suggestions d’attitudes à adopter pour nous parents) pour un enfant de 3 1/2 ans qui adore taquiner les autres, mais qui ne sait malheureusement pas s’arrêter, alors il est en train de perdre tous ses amis. Après coup, il est repentant, il comprend qu’il leur fait de la peine et il en est attristé, et il se promet de ne plus recommencer, mais… c’est plus fort que lui, il trouve et pense que l’autre trouvera ça drôle aussi.

    Je cherche la raison qui le pousse à taquiner ainsi, et j’ai certaines hypothèses dont la compétition pour l’amitié (exclusive?) d’un des garçons du groupe de pré-maternelle (le « leader » en l’occurrence). Un comportement relié, il me semble, est que lorsqu’il ne veut pas entendre la consigne qu’on lui donne, il fait le bouffon, sans s’arrêter (imitation d’un autre copain de pré-mat)… ce qui le met en retard et parfois dans le pétrin! Des idées?

    Mille mercis à l’avance!

    Nathalie


    Bonjour Nathalie,

    Il me fait plaisir de vous répondre suite à votre question au sujet de votre fils qui dépasse les limites en faisant le bouffon…

    Tout d’abord, il est important de considérer que nos petits sont en apprentissage et qu’ils utilisent souvent leurs plus belles qualités pour obtenir ce dont ils ont besoin. Votre fils a donc déjà un bon sens de l’humour, ce qui lui servira dans maintes occasions durant toute sa vie! Le défi pour lui est maintenant d’apprendre à doser pour ne pas se mettre les pieds dans les plats…   J’ai quelques suggestions à vous faire pour l’aider, mais il faut être conscients qu’il aura à travailler sur le bon dosage durant plusieurs années encore… parce que l’humour, c’est très payant au niveau des relations!   Il sera donc impératif qu’il ait des gains importants lorsqu’il aura des comportements adaptés aux différentes situations, ainsi qu’un bon soutien pour développer son jugement et une certaine capacité d’autocontrôle au quotidien.

    Ensuite, sachez que les longues explications n’auront que peu d’impact : le désir d’avoir du plaisir à court terme l’emportera sur la raison, et ce, pour plusieurs années encore. Vous semblez avoir pris suffisamment de temps pour en discuter avec lui : il comprend, mais c’est plus fort que lui et c’est normal. Je vous suggère de remplacer les discussions par des petites mises en scène avec des marionnettes (ou des toutous) pour lui démontrer les émotions que peuvent vivre les autres enfants, mettre des mots sur son plaisir et son désir de plaire aux copains, mais aussi sur sa peine et sa déception lorsqu’il se rend trop loin. Vous pourriez aussi lui démontrer des exemples de situations où les marionnettes réussissent à s’arrêter avant de se mettre les pieds dans les plats, ce qu’elles se disent dans leur tête pour s’arrêter, ce qui se passe dans leur corps quand elles sont trop excitées, des moyens pour se calmer et s’arrêter, etc.  Puis, rapidement, on l’amène à participer en lui faisant jouer les différents rôles. Le but est de s’amuser tout en lui faisant pratiquer les comportements adéquats et en l’amenant à se mettre dans la peau des autres. Allez-y spontanément, inventez, suivez-le dans ses mises en scène. Et comme il est fort probable qu’un de ses parents possède un grand sens de l’humour (généralement, la pomme ne tombe pas loin du pommier!), ce pourrait être un jeu tout aussi instructif qu’amusant à faire ensemble!

    Autre difficulté avec les longues discussions : il se pourrait qu’il aime bien avoir votre attention exclusive durant ces moments! C’est le principe des « Chips molles »  dont parle Nancy Doyon dans son livre : « Parents, gros bon sens ». En résumé, elle raconte que les enfants qui adorent les chips, vont préférer les vieilles chips ramollies qui traînent dans votre garde-manger plutôt que de ne pas en avoir du tout. Les chips croustillantes sont bien meilleures, mais les chips molles sont quand même mieux que rien! Si l’on transpose au besoin d’attention, on comprend que l’attention négative est préférable à ne pas avoir d’attention du tout. Alors, tant qu’à passer du temps avec lui, autant que ce soit amusant tout en lui permettant d’apprendre!

    Ensuite, déterminez avec lui un endroit pour se calmer lorsqu’il s’emballe. N’utilisez pas ce lieu pour le punir, mais bien pour qu’il retrouve son calme, en regardant un livre, en jouant en silence avec des toutous, en écoutant de la musique douce ou tout autre moyen qui pourrait l’aider à se détendre.

    Enfin, entendez-vous sur un signe clair qui signifie : « Là, c’est assez! ». Mettez son éducatrice et les enfants qu’il côtoie dans le coup. Ce peut être un geste (ex. : le signe stop avec la main) ou une petite phrase (ex : nom de l’enfant, STOP!).   Au début, les petits l’utiliseront peut-être un peu trop, mais avec le temps, ils le feront seulement quand ce sera vraiment nécessaire. Vous pouvez lui offrir un petit collant chaque fois qu’il réussira à se calmer, et après un certain nombre de collants, un petit privilège comme choisir l’histoire, servir la collation ou apporter un jouet spécial de la maison. Le bon comportement deviendra payant et l’enfant aura envie de le répéter! Plutôt que de le punir, offrez-lui des moyens de reprendre la maîtrise de lui ainsi que des occasions de réparer ses erreurs. Le soutien et la valorisation des comportements positifs seront toujours gagnants à long terme puisqu’il aura bien envie de reproduire l’effet « chips croustillantes ».

    Sur ce, j’espère que mes suggestions vous éclaireront pour soutenir votre enfant dans l’apprentissage de comportements qui lui ouvriront les portes pour vivre toute sa vie, des relations enrichissantes! Et si vous avez besoin de conseils plus personnalisés, n’hésitez pas à demander une consultation avec une personne expérimentée, entre autres, les coachs familiaux de Nanny Secours!

    Au plaisir!