Cliquez ici

Mon fils tape sa soeur

Mon fils tape sa soeur

Vorschulkind Junge: Wütend - Porträt Serie Emotionen

Bonjour madame,

Je voudrais avoir quelques trucs pour mon fils de presque 3ans..la fameuse crise du 2 ans qui a commencé à 18 mois et qui fini pu. 🙁 Durant le temps que j’ai été enceinte de ma fille, mon fils a commencé à faire des crises pour tout et pour rien. Quelque fois même il me tapait le ventre. Quand j’ai accouché, il avait 2 ans. Après un mois suivant l’accouchement, mon fils a décidé d’être jaloux de sa soeur. Il l’a mordu une fois. Je la prend, il veut se faire prendre. Quand je l’allaitais (ma fille) il se mettait à crier, faisait exprès pour grimper partout et se faire mal, faisait pipi par terre… J’ai pas allaité longtemps à cause de cette situation(4 mois).

Ensuite, il a commencé à la taper, faire exprès pour se mettre proche d’elle et faire aller ses pieds pour lui faire mal. Mes enfants ont 2 ans de différence en passant. Maintenant, ma fille aura 1 an et la situation empire toujours. Il l’a frappe sans arrêt, toute la journée il lui enlève les jouets et lui dit « Non, à moi! ». Je vous le jure que j’exagère pas. Le trois quart du temps c’est comme ça. Quand je le chicane, je lui fait la tournure sur le plan positif du genre : « C’est des bisous à la place des tapes », « C’est des câlins à la place… » sans succès. Il recommence 2 minute plus tard. Je le met dans le coin quand ça devient trop extrème, mais il ne reste pas là, sinon il crie tout le temps qu’il est là. J’ai essayé l’ignorance et ça non plus ça n’a pas fonctionné. Des fois, il marche sur les mains de sa soeur quand elle marche à 4 pattes. Il la pousse quand elle se lève debout. Quand je fais les commisions, si je me retourne pour aller prendre un paquet de viande, il la tape.

Je suis découragée vraiment, c’est maintenant rendu qu’il me frappe moi et me tire les cheveux. En plus, il peut faire les mêmes choses avec d’autres enfants genre ses cousines. Mon enfant ne va pas à la garderie. Je suis maman à la maison. Il a été à la garderie de 1 an à 18 mois. Ça ne fonctionnait pas très bien, il pleurait toujours et ne jouait pas avec les autres. 🙁 Il me fait beaucoup de crises. Il peut crier pendant 30 min sans raison et même qu’il en devient rouge. Quand je ferme la télé, c’est aussi la catastrophe. J’ai essayé de suivre les trucs du pédiatre mais sans succès. J’ai commencé à faire des sorties seule avec mon fils une fois par semaine pour lui montrer qu’il avait encore sa maman même si sa soeur est là mais ça n’a pas vraiment donné quelque chose pour le moment. Je continue de le faire mais même quand on sort ensemble, il me fait des crises. Avec le papa c’est moins pire. Il l’écoute plus que moi. Mettons que le papa a plus d’autorité que moi. J’espère que vous pouvez m’aider car je veux pas que mon fils ait des problèmes de comportement.

merci à l’avance!!


Bonjour,

Merci pour votre partage. Je comprends votre découragement et votre inquiétude. C’est vrai que c’est difficile et décourageant de ne pas voir d’évolution dans une situation. Vous avez mentionné que le comportement désagréable de votre fils a commencé lorsque vous étiez enceinte. Avez-vous eu une grossesse difficile? Viviez-vous de l’angoisse? Est-ce que toute l’attention était portée sur votre grossesse (de la part de votre entourage, de vous?).  En faisant une introspection sur vos sentiments et votre propre attitude lorsque vous étiez enceinte, vous trouverez peut-être l’élément déclencheur des crises.

Quelle a été votre réaction quand votre fils a frappé votre bedaine? Avez-vous réagi fortement? Avez-vous mis beaucoup d’attention sur ce comportement? Les enfants réagissent différemment lors de l’arrivée d’un nouveau-né dans la famille. Il est bien de préparer nos enfants à l’arrivée de bébé afin d’atténuer les réactions des plus grands. Votre fils a peut-être eu peur (peur de vous perdre, peur de perdre sa place, peur de l’inconnu, peur de votre réaction). Avez-vous, lors de votre grossesse, préparé l’arrivée du bébé avec votre fils?

Il n’est pas trop tard pour vous asseoir avec votre fils et faire un retour sur votre grossesse. Lui dire que vous savez que les changements ont été difficiles pour lui, que vous comprenez. Lui demander comment il se sent. Dites-lui que vous êtes fier de lui (il y a certainement eu des moments agréables où votre fils a eu un comportement adéquat). Prenez le temps de nommer ces moments délicieux. Nommez-lui ces moments où il a joué un rôle de super héros de grand frère.

Il pourrait être amusant et réconfortant de raconter à votre fils certaines anecdotes de comment il était, lui, quand il était petit! Avez-vous une routine à la maison? Quand nous avons le privilège d’être à la maison avec nos enfants, il nous arrive de ne pas penser instaurer une routine journalière. Je vous conseille cependant, si ce n’est déjà fait, d’instaurer une routine. La routine permet de sécuriser les enfants et facilite la gestion du quotidien et de la discipline.

Votre fils n’a pas CHOISI d’être jaloux. Il a réagi, de façon intuitive et émotionnelle, à l’arrivée du bébé. À cet âge, l’émotion engendre une réaction. Les enfants, à 2 ans, ne font pas un choix conscient. Cependant, votre enfant a enregistré (de façon inconsciente) que son comportement envers sa sœur engendrait une réaction de votre part, donc de l’attention. Il a trouvé le moyen de provoquer des situations dans lesquelles vous lui donnez toute votre attention. C’est un moyen qui, me parait-il, quoique désagréable, lui procure un bénéfice.

Quel est le besoin, selon vous, qui se cache derrière son comportement? Je vous suggère de porter attention aux différents besoins qui se cachent derrière le comportement de votre fils.

Peut-être votre fils a-t-il un besoin :

–    de sécurité physique;
–    de sécurité affective;
–    d’attention;
–    d’estime de soi;
–    autres…

En trouvant le besoin de votre fils, qui se cache derrière son comportement, vous aurez une bonne piste pour cibler et prioriser les interventions nécessaires au changement de comportement. Si, l’un des besoins est le sentiment de sécurité, le fait de l’ignorer peut augmenter son insécurité et donc, engendrer des comportements encore plus désagréables pour tous.

Voici quelques moyens d’action.

Suggestion

  • Créer un environnement physique sécuritaire adapté aux besoins de l’enfant. Exemple : Mettre des crochets aux armoires. Choisissez des jeux adaptés à l’âge de l’enfant.
  • Établir une routine claire. Exemple : Établissez une heure précise pour la sieste, le bain…
  • Établir des règles claires et les appliquer de façons constantes et cohérentes. Exemple :  Nommer les comportements attendus. Donner des autocollants pour encourager les comportements souhaités. 
  • Créer et maintenir un lien d’attachement significatif avec l’enfant. Exemple : Privilégier des moments d’intimité avec l’enfant (seul à seul).

Je pense que l’une des premières actions à poser serait de rétablir le lien d’attachement avec votre fils. C’est excellent de faire une sortie une fois par semaine, je vous encourage à continuer. Je vous suggère, en plus, de commencer par passer 5 minutes par jour seul avec votre fils. En jouant avec lui, ou en le regardant tout simplement jouer. Graduellement, vous pourrez augmenter le nombre de minutes, en tête à tête, à 20 minutes par jour (si votre réalité vous le permet).

Est-il possible que votre fils soit maladroit pour entrer en relation avec les autres (amis, cousines, sœur…)? Est-il possible qu’il ne sache tout simplement pas comment y parvenir de façon agréable et adéquate? Vous pourriez, par des jeux de rôles, apprendre à votre fils les façons agréables d’entrer en relation avec les autres. Jouez à nommer vos émotions! Jouez à improviser des conflits!  Jouez à entrer en contact avec les autres! Je pense qu’il serait aussi intéressant de créer des moments, des jeux, à trois. D’aider vos enfants à créer une relation frère/sœur plus harmonieuse.

Expliquez-lui la BONNE façon de se conduire. Vous expliquiez que vous lui disiez, on donne des bisous à la place des tapes…, c’est déjà une belle initiative. Maintenant, enlevez le mot tape (qui est le comportement dont on ne veut pas) et utilisez la formule : on marche, on donne un beau câlin, on utilise sa petite voix… Faites le perroquet… De cette façon, vous serez certaine que votre enfant entendra les mots positifs et donc, les comportements souhaités!

Dites-lui que ce n’est pas facile d’être un grand frère et que vous allez lui montrer comment mieux entrer en relation avec sa sœur et les autres enfants. Ça s’apprend! Encouragez-le! Choisissez vos batailles et tentez de mettre l’ATTENTION sur les comportements souhaitables.

Quelques suggestions de lectures et d’outils éducatifs :

  • Parent gros Bon Sens. Nancy Doyon, éditions, Midi Trente.
  • C’est pas moi, c’est lui. Dre Nadia Grenier, éditions La Presse.
  • Les cartes Jouons avec les émotions, éditons Midi Trente.
  • Favoriser l’estime de soi des 0-6 ans. Danielle Laporte, Hôpital Ste-Justine.
  • D’autres outils sont aussi disponibles dans la section « Outils de parents » ainsi que sur la page Facebook de Nanny Secours.

Quand nous sommes maman à la maison, nous avons parfois l’impression que c’est notre travail de régler toutes les situations, c’est faux.  Vous avez le droit de trouver des moments difficiles, de ne pas avoir toutes les réponses.  N’hésitez pas à faire appel à votre entourage, à demander de l’aide.

Je vous ai procuré quelques suggestions d’introspection et quelques outils avec les informations que vous avez eu la générosité de partager. Je vous encourage, si la situation perdure, à faire appel à un coach ou tout autre professionnel.

Prenez bien soin de vous,

Je voudrais avoir quelques trucs pour fils de presque 3ans..la fameuse crise du 2ans qui a commencer a 18 mois et qui fini pu :(. Durant le temps que j’ai été enceinte de ma fille, mon fils a commencer a faire des crise pour tout et pour rien,quelque fois même il me tappait le ventre. Quand j’ai accoucher il avait 2 ans, après un mois suivant l’accouchement, mon fils a décider d’être jaloux de sa soeur,il l’a mordu une fois, je la prend, il veut se faire prendre, quand je l’allaitais (ma fille) il se mettais a crier, fesait exiprès pour grimper partout et se faire mal, fesait pipi par terre..j’ai pas allaiter longtemps a cause de cette situation(4 mois), ensuite il a commencer a la taper,faire exiprès pour se mettre proche d’elle et faire aller ses pieds pour lui faire mal, mes enfant ont 2 ans de différence en passant. MmAINTENANT MA FILLE AURA 1 ANS et la situation empire toujours, il l’a frappe sans arrêt,toute la journée il lui enlève les jouets et lui dit non a moi,je vous le jure que j’exagère pas, le trois quart du temps ses comme sa,quand je le chicane je lui fait la tournure sur le plan positif du genre :ses des bisous a la place des tape,ses des calin a la place..sa succès il recommence 2 minute plus tard,je le met dans le coin quand sa deviens trop extrème la,mais il ne reste pas la,sinon il crie toute le temps qu’il est la,j’ai essayer l’ignorance et sa non plus sa pas fonctioonner, des fois il marche sur les main de sa soeur quansd elle marche a 4 pattes,il la pousse quand elle se lève debout,quand je fais les commision,si je me retourne pour aller  prendre un paquet de viande il la tape..je suis décourager vraiment, ses maintenant rendu qu’il me frappe moi et me tire les cheveux..en plus il peut faire les même chose avec d’autres enfants genre ses cousine..mon enfant ne vas pas a la garderie,je suis maman a la maison…il a été a la garderie de 1 ans a 18 mois,sa fonctionnait pas très bien , il pleurait toujours et ne jouait pas avec les autres:( , il me fait beaucoup de crise, il peut crier pendant 30 min sans raison et même qu’il en devient rouge..quand je ferme la télé ses aussi la catatrophe, j’ai essayer de suivre les trucs du pédiatre mais sans succès, j’ai commencer a faire des sortit seule avec mon fils une fois par semaine pour lui montrer qu’il avait encore sa maman même si sa soeur est la mais sa pas vraiment donner de quoi pour le moment,je continue de le faire mais même quand on sorrt ensemble il me fait des crises..avec le papa ses moins pire, il l’écoute plus que moi,mettons que le papa a plus d’autoriter que moi,j’espère que vous pouvez m’aider car je veux pas que mon fils aille des problèmes de comportement

merci a l’avance!!
________________________________________

Bonjour,

Merci pour votre partage.

Je comprends votre découragement et votre inquiétude. C’est vrai que c’est difficile et décourageant de ne pas voir d’évolution dans une situation.

Vous avez mentionné que le comportement désagréable de votre fils a commencé lorsque vous étiez enceinte. Avez-vous eu une grossesse difficile? Viviez-vous de l’angoisse? Est-ce que toute l’attention était portée sur votre grossesse (de la part de votre entourage, de vous?).  En faisant une introspection sur vos sentiments et votre propre attitude lorsque vous étiez enceinte, vous trouverez peut-être l’élément déclencheur des crises.

Quelle a été votre réaction quand votre fils a frappé votre bedaine? Avez-vous réagi fortement? Avez-vous mis beaucoup d’attention sur ce comportement?

Les enfants réagissent différemment lors de l’arrivée d’un nouveau-né dans la famille. Il est bien de préparer nos enfants à l’arrivée de bébé afin d’atténuer les réactions des plus grands. Votre fils a peut-être eu peur (peur de vous perdre, peur de perdre sa place, peur de l’inconnu, peur de votre réaction). Avez-vous, lors de votre grossesse, préparé l’arrivée du bébé avec votre fils?

Il n’est pas trop tard pour vous asseoir avec votre fils et faire un retour sur votre grossesse. Lui dire que vous savez que les changements ont été difficiles pour lui, que vous comprenez. Lui demander comment il se sent. Dites-lui que vous êtes fier de lui (il y a certainement eu des moments agréables où votre fils a eu un comportement adéquat). Prenez le temps de nommer ces moments délicieux. Nommez-lui ces moments où il a joué un rôle de super héros de grand frère.

Il pourrait être amusant et réconfortant de raconter à votre fils certaines anecdotes de comment il était, lui, quand il était petit!

Avez-vous une routine à la maison? Quand nous avons le privilège d’être à la maison avec nos enfants, il nous arrive de ne pas penser instaurer une routine journalière. Je vous conseille cependant, si ce n’est déjà fait, d’instaurer une routine. La routine permet de sécuriser les enfants et facilite la gestion du quotidien et de la discipline.

Votre fils n’a pas CHOISI d’être jaloux. Il a réagi, de façon intuitive et émotionnelle, à l’arrivée du bébé. À cet âge, l’émotion engendre une réaction. Les enfants, à 2 ans, ne font pas un choix conscient.

Cependant, votre enfant a enregistré (de façon inconsciente) que son comportement envers sa sœur engendrait une réaction de votre part, donc de l’attention. Il a trouvé le moyen de provoquer des situations dans lesquelles vous lui donnez toute votre attention. C’est un moyen qui, me parait-il, quoique désagréable, lui procure un bénéfice.

Quel est le besoin, selon vous, qui se cache derrière son comportement? Je vous suggère de porter attention aux différents besoins qui se cachent derrière le comportement de votre fils.
Peut-être votre fils a-t-il un besoin :
–    de sécurité physique;
–    de sécurité affective;
–    d’attention;
–    d’estime de soi;
–    autres…

En trouvant le besoin de votre fils, qui se cache derrière son comportement, vous aurez une bonne piste pour cibler et prioriser les interventions nécessaires au changement de comportement. Si, l’un des besoins est l’insécurité, le fait de l’ignorer peut augmenter son insécurité et donc, engendrer des comportements encore plus désagréables pour tous.

Voici quelques moyens d’action.
Suggestion     Exemple
Créer un environnement physique sécuritaire adapté aux besoins de l’enfant.

Établir une routine claire.

Établir des règles claires et les appliquer de façons constantes et cohérentes.

Créer et maintenir un lien d’attachement significatif avec l’enfant.    Mettre des crochets aux armoires.

Choisissez des jeux adaptés à l’âge de l’enfant.

Établissez une heure précise pour la sieste, le bain…

Nommer les comportements attendus.

Donner des autocollants pour encourager les comportements souhaités.

Privilégier des moments d’intimité avec l’enfant (seul à seul).

Je pense que l’une des premières actions à poser serait de rétablir le lien d’attachement avec votre fils. C’est excellent de faire une sortie une fois par semaine, je vous encourage à continuer. Je vous suggère, en plus, de commencer par passer 5 minutes par jour seul avec votre fils. En jouant avec lui, ou en le regardant tout simplement jouer. Graduellement, vous pourrez augmenter le nombre de minutes, en tête à tête, à 20 minutes par jour (si votre réalité vous le permet).

Est-il possible que votre fils soit maladroit pour entrer en relation avec les autres (amis, cousines, sœur…)? Est-il possible qu’il ne sache tout simplement pas comment y parvenir de façon agréable et adéquate?

Vous pourriez, par des jeux de rôles, apprendre à votre fils les façons agréables d’entrer en relation avec les autres. Jouez à nommer vos émotions! Jouez à improviser des conflits!  Jouez à entrer en contact avec les autres!

Je pense qu’il serait aussi intéressant de créer des moments, des jeux, à trois. D’aider vos enfants à créer une relation frère/sœur plus harmonieuse.

Expliquez-lui la BONNE façon de se conduire. Vous expliquiez que vous lui disiez, on donne des bisous à la place des tapes…, c’est déjà une belle initiative. Maintenant, enlevez le mot tape (qui est le comportement dont on ne veut pas) et utilisez la formule : on marche, on donne un beau câlin, on utilise sa petite voix… Faites le perroquet… De cette façon, vous serez certaine que votre enfant entendra les mots positifs et donc, les comportements souhaités!

Dites-lui que ce n’est pas facile d’être un grand frère et que vous allez lui montrer comment mieux entrer en relation avec sa sœur et les autres enfants. Ça s’apprend! Encouragez-le! Choisissez vos batailles et tentez de mettre l’ATTENTION sur les comportements souhaitables.

Quelques suggestions de lectures et d’outils éducatifs :
?    Parent gros Bon Sens. Nancy Doyon, éditions, Midi Trente.
?    C’est pas moi, c’est lui. Dre Nadia Grenier, éditions La Presse.
?    Les cartes Jouons avec les émotions, éditons Midi Trente.
?    Favoriser l’estime de soi des 0-6 ans. Danielle Laporte, Hôpital Ste-Justine.
?    D’autres outils sont aussi disponibles sur le portail Nanny Secours.

Quand nous sommes maman à la maison, nous avons parfois l’impression que c’est notre travail de régler toutes les situations, c’est faux.  Vous avez le droit de trouver des moments difficiles, de ne pas avoir toutes les réponses.  N’hésitez pas à faire appel à votre entourage, à demander de l’aide.

Je vous ai procuré quelques suggestions d’introspection et quelques outils avec les informations que vous avez eu la générosité de partager. Je vous encourage, si la situation perdure, à faire appel à un coach ou tout autre professionnel.

Prenez bien soin de vous,

Sonia Dupont
Coach familiale
ÉducJeunes

De : nancy lamothe [mailto:[email protected]hotmail.com]
Envoyé : 9 décembre 2011 13:49
À : [email protected]
Objet : mon fils

Bonjours madame,

Je voudrais avoir quelques trucs pour fils de presque 3ans..la fameuse crise du 2ans qui a commencer a 18 mois et qui fini pu :(. Durant le temps que j’ai été enceinte de ma fille, mon fils a commencer a faire des crise pour tout et pour rien,quelque fois même il me tappait le ventre. Quand j’ai accoucher il avait 2 ans, après un mois suivant l’accouchement, mon fils a décider d’être jaloux de sa soeur,il l’a mordu une fois, je la prend, il veut se faire prendre, quand je l’allaitais (ma fille) il se mettais a crier, fesait exiprès pour grimper partout et se faire mal, fesait pipi par terre..j’ai pas allaiter longtemps a cause de cette situation(4 mois), ensuite il a commencer a la taper,faire exiprès pour se mettre proche d’elle et faire aller ses pieds pour lui faire mal, mes enfant ont 2 ans de différence en passant. MmAINTENANT MA FILLE AURA 1 ANS et la situation empire toujours, il l’a frappe sans arrêt,toute la journée il lui enlève les jouets et lui dit non a moi,je vous le jure que j’exagère pas, le trois quart du temps ses comme sa,quand je le chicane je lui fait la tournure sur le plan positif du genre :ses des bisous a la place des tape,ses des calin a la place..sa succès il recommence 2 minute plus tard,je le met dans le coin quand sa deviens trop extrème la,mais il ne reste pas la,sinon il crie toute le temps qu’il est la,j’ai essayer l’ignorance et sa non plus sa pas fonctioonner, des fois il marche sur les main de sa soeur quansd elle marche a 4 pattes,il la pousse quand elle se lève debout,quand je fais les commision,si je me retourne pour aller  prendre un paquet de viande il la tape..je suis décourager vraiment, ses maintenant rendu qu’il me frappe moi et me tire les cheveux..en plus il peut faire les même chose avec d’autres enfants genre ses cousine..mon enfant ne vas pas a la garderie,je suis maman a la maison…il a été a la garderie de 1 ans a 18 mois,sa fonctionnait pas très bien , il pleurait toujours et ne jouait pas avec les autres:( , il me fait beaucoup de crise, il peut crier pendant 30 min sans raison et même qu’il en devient rouge..quand je ferme la télé ses aussi la catatrophe, j’ai essayer de suivre les trucs du pédiatre mais sans succès, j’ai commencer a faire des sortit seule avec mon fils une fois par semaine pour lui montrer qu’il avait encore sa maman même si sa soeur est la mais sa pas vraiment donner de quoi pour le moment,je continue de le faire mais même quand on sorrt ensemble il me fait des crises..avec le papa ses moins pire, il l’écoute plus que moi,mettons que le papa a plus d’autoriter que moi,j’espère que vous pouvez m’aider car je veux pas que mon fils aille des problèmes de comportement

merci a l’avance!!
________________________________________

Bonjour,

Merci pour votre partage.

Je comprends votre découragement et votre inquiétude. C’est vrai que c’est difficile et décourageant de ne pas voir d’évolution dans une situation.

Vous avez mentionné que le comportement désagréable de votre fils a commencé lorsque vous étiez enceinte. Avez-vous eu une grossesse difficile? Viviez-vous de l’angoisse? Est-ce que toute l’attention était portée sur votre grossesse (de la part de votre entourage, de vous?).  En faisant une introspection sur vos sentiments et votre propre attitude lorsque vous étiez enceinte, vous trouverez peut-être l’élément déclencheur des crises.

Quelle a été votre réaction quand votre fils a frappé votre bedaine? Avez-vous réagi fortement? Avez-vous mis beaucoup d’attention sur ce comportement?

Les enfants réagissent différemment lors de l’arrivée d’un nouveau-né dans la famille. Il est bien de préparer nos enfants à l’arrivée de bébé afin d’atténuer les réactions des plus grands. Votre fils a peut-être eu peur (peur de vous perdre, peur de perdre sa place, peur de l’inconnu, peur de votre réaction). Avez-vous, lors de votre grossesse, préparé l’arrivée du bébé avec votre fils?

Il n’est pas trop tard pour vous asseoir avec votre fils et faire un retour sur votre grossesse. Lui dire que vous savez que les changements ont été difficiles pour lui, que vous comprenez. Lui demander comment il se sent. Dites-lui que vous êtes fier de lui (il y a certainement eu des moments agréables où votre fils a eu un comportement adéquat). Prenez le temps de nommer ces moments délicieux. Nommez-lui ces moments où il a joué un rôle de super héros de grand frère.

Il pourrait être amusant et réconfortant de raconter à votre fils certaines anecdotes de comment il était, lui, quand il était petit!

Avez-vous une routine à la maison? Quand nous avons le privilège d’être à la maison avec nos enfants, il nous arrive de ne pas penser instaurer une routine journalière. Je vous conseille cependant, si ce n’est déjà fait, d’instaurer une routine. La routine permet de sécuriser les enfants et facilite la gestion du quotidien et de la discipline.

Votre fils n’a pas CHOISI d’être jaloux. Il a réagi, de façon intuitive et émotionnelle, à l’arrivée du bébé. À cet âge, l’émotion engendre une réaction. Les enfants, à 2 ans, ne font pas un choix conscient.

Cependant, votre enfant a enregistré (de façon inconsciente) que son comportement envers sa sœur engendrait une réaction de votre part, donc de l’attention. Il a trouvé le moyen de provoquer des situations dans lesquelles vous lui donnez toute votre attention. C’est un moyen qui, me parait-il, quoique désagréable, lui procure un bénéfice.

Quel est le besoin, selon vous, qui se cache derrière son comportement? Je vous suggère de porter attention aux différents besoins qui se cachent derrière le comportement de votre fils.
Peut-être votre fils a-t-il un besoin :
–    de sécurité physique;
–    de sécurité affective;
–    d’attention;
–    d’estime de soi;
–    autres…

En trouvant le besoin de votre fils, qui se cache derrière son comportement, vous aurez une bonne piste pour cibler et prioriser les interventions nécessaires au changement de comportement. Si, l’un des besoins est l’insécurité, le fait de l’ignorer peut augmenter son insécurité et donc, engendrer des comportements encore plus désagréables pour tous.

Voici quelques moyens d’action.
Suggestion     Exemple
Créer un environnement physique sécuritaire adapté aux besoins de l’enfant.

Établir une routine claire.

Établir des règles claires et les appliquer de façons constantes et cohérentes.

Créer et maintenir un lien d’attachement significatif avec l’enfant.    Mettre des crochets aux armoires.

Choisissez des jeux adaptés à l’âge de l’enfant.

Établissez une heure précise pour la sieste, le bain…

Nommer les comportements attendus.

Donner des autocollants pour encourager les comportements souhaités.

Privilégier des moments d’intimité avec l’enfant (seul à seul).

Je pense que l’une des premières actions à poser serait de rétablir le lien d’attachement avec votre fils. C’est excellent de faire une sortie une fois par semaine, je vous encourage à continuer. Je vous suggère, en plus, de commencer par passer 5 minutes par jour seul avec votre fils. En jouant avec lui, ou en le regardant tout simplement jouer. Graduellement, vous pourrez augmenter le nombre de minutes, en tête à tête, à 20 minutes par jour (si votre réalité vous le permet).

Est-il possible que votre fils soit maladroit pour entrer en relation avec les autres (amis, cousines, sœur…)? Est-il possible qu’il ne sache tout simplement pas comment y parvenir de façon agréable et adéquate?

Vous pourriez, par des jeux de rôles, apprendre à votre fils les façons agréables d’entrer en relation avec les autres. Jouez à nommer vos émotions! Jouez à improviser des conflits!  Jouez à entrer en contact avec les autres!

Je pense qu’il serait aussi intéressant de créer des moments, des jeux, à trois. D’aider vos enfants à créer une relation frère/sœur plus harmonieuse.

Expliquez-lui la BONNE façon de se conduire. Vous expliquiez que vous lui disiez, on donne des bisous à la place des tapes…, c’est déjà une belle initiative. Maintenant, enlevez le mot tape (qui est le comportement dont on ne veut pas) et utilisez la formule : on marche, on donne un beau câlin, on utilise sa petite voix… Faites le perroquet… De cette façon, vous serez certaine que votre enfant entendra les mots positifs et donc, les comportements souhaités!

Dites-lui que ce n’est pas facile d’être un grand frère et que vous allez lui montrer comment mieux entrer en relation avec sa sœur et les autres enfants. Ça s’apprend! Encouragez-le! Choisissez vos batailles et tentez de mettre l’ATTENTION sur les comportements souhaitables.

Quelques suggestions de lectures et d’outils éducatifs :
?    Parent gros Bon Sens. Nancy Doyon, éditions, Midi Trente.
?    C’est pas moi, c’est lui. Dre Nadia Grenier, éditions La Presse.
?    Les cartes Jouons avec les émotions, éditons Midi Trente.
?    Favoriser l’estime de soi des 0-6 ans. Danielle Laporte, Hôpital Ste-Justine.
?    D’autres outils sont aussi disponibles sur le portail Nanny Secours.

Quand nous sommes maman à la maison, nous avons parfois l’impression que c’est notre travail de régler toutes les situations, c’est faux.  Vous avez le droit de trouver des moments difficiles, de ne pas avoir toutes les réponses.  N’hésitez pas à faire appel à votre entourage, à demander de l’aide.

Je vous ai procuré quelques suggestions d’introspection et quelques outils avec les informations que vous avez eu la générosité de partager. Je vous encourage, si la situation perdure, à faire appel à un coach ou tout autre professionnel.

Prenez bien soin de vous,

Sonia Dupont
Coach familiale
ÉducJeunes