Cliquez ici

Il a plein de punitions: rien ne change!

Il a plein de punitions: rien ne change!

Bonjour Madame, j’aimerais avoir un conseil par rapport à mon fils de 7 ans qui, d’après la maîtresse, se comporte mal à l’école. Il revient tous les jours avec des punitions. Je n’insulte pas mes camarades, je ne mens pas… Et quand on l’interroge, il dit que c’est pour se défendre.

Du coup en classe, il ne tient pas en place, il joue avec son stylo, il tape sa règle sur la table, il joue avec sa gomme. À côté de ça, il a de très bons résultats. Il n’a que des TB ou b+.
Nous avons eu une petite fille il y a deux semaines. Mais le problème date d’avant. Je n’arrive pas à comprendre.

À la maison, il veut tout diriger. On lui a dit qu’il était un très bon grand frère, très attentionné pour sa petite sœur mais en fait, il se croit le chef de la famille.
Nous ne savons plus quoi faire avec mon mari.
Auriez-vous un conseil à nous donner.

Merci, cordialement.
Me Bouffare Gaëlle


 

Bonjour à vous,

Tout d’abord, j’aimerais prendre le temps de vous remercier de nous avoir écrit. Il n’est pas toujours évident de demander du soutien alors c’est tout à votre honneur de vous interroger et de souhaiter avoir des outils supplémentaires.

J’entends bien votre détresse et vos inquiétudes dans votre message. Comme parent, on se sent parfois bien impuissant devant les comportements « dérangeants » de nos enfants. Je vais explorer avec vous la situation en vous amenant à vous questionner sur les différentes possibilités qui peuvent faire en sorte que votre enfant présente ces comportements.

J’aimerais vous amener à considérer que tous comportements « dérangeants » chez un enfant répondent à un besoin. Ainsi, si un comportement se répète, il importe de trouver le besoin auquel ce comportement répond et de trouver une façon différente de répondre à ce besoin. Les besoins diffèrent d’un enfant à l’autre tel : le besoin d’attention, le besoin de reconnaissance, le besoin d’être accepté, le besoin de sécurité, etc. Étant encore immatures, les enfants tentent par plusieurs moyens de satisfaire ce besoin car ils ne sont pas encore en mesure de les nommer ou même de les reconnaître. C’est grâce à nous, les adultes qui les entourent, que les enfants parviennent à nommer leurs émotions et leurs besoins, à les reconnaître et à trouver des moyens plus adéquats pour les gérer.

J’observe beaucoup de choses dans les comportements qui vous amènent à consulter. Vous dites que le comportement date d’avant que sa sœur soit née. Depuis quand votre garçon fait-il ces comportements? Y a-t’il un événement en particulier qui est survenu à ce moment? (déménagement, perte d’un être cher, changement d’école, etc.)

1) Il se comporte mal à l’école et a des punitions tous les jours.

  • Quelle est votre réaction à la maison lorsqu’il revient avec des punitions?
  • Quel genre de punitions a-t-il? Ces punitions visent-elle à lui apprendre les bons comportements et les façons réagir?
  • Qu’est-ce qui le fait réagir? À quel niveau cela l’atteint? Comment se sent-il?
  • Quels sont les moyens mis en place par le personnel enseignant pour le soutenir?
  • Possède-t’il de bonnes habiletés sociales avec ses pairs?
  • Est-il valorisé dans ses forces et ces dernières sont-elles mises à profit?
  • Le cadre est-il clair et explicite pour lui? Les limites sont-elles claires?

2) En classe, il ne tient pas en place, il joue avec son stylo, il tape sa règle sur la table, il joue avec sa gomme. Il a de très bons résultats.

  • Se peut-il que la matière soit trop facile pour lui? Qu’il manque de défi à sa mesure?
  • Est-il souvent le premier à terminer les tâches/exercices/examens?
  • Peut-il avoir besoin de bouger pour conserver son attention à la tâche?
  • Semble-t-il fatigué?

3) À la maison, il veut tout diriger.

  • Depuis quand veut-il tout diriger? Depuis la naissance de la petite?
  • Avez-vous du temps pour lui accorder de l’attention exclusive, juste pour lui?
  • A-t-il du « contrôle » ou du « pouvoir » sur certaines choses tel : le type de vêtements qu’il peut porter, le choix de ses activités, etc.)
  • Vous lui dites qu’il est un très bon grand frère, mais lui, sait-il ce que c’est un bon grand frère? Quelles actions il doit poser concrètement pour être un bon grand frère?
  • Et à la maison, le cadre est-il clair? Les limites sont-elles bien définies concrètement en ce qui a trait aux limites imposées? Ou à l’inverse, le cadre est plutôt souple?

Comme vous le constatez, il a plusieurs choses à observer avant de pouvoir proposer LA bonne intervention. Et parfois, il faudra en essayer plusieurs avant que ça fonctionne.

Tout d’abord, je vous invite à rencontrer l’enseignant et la direction de l’école et à voir ensemble quelles stratégies aidantes peuvent être mis en place pour soutenir votre enfant, tant sur le plan des habiletés sociales, que sur le possible besoin de bouger ou de rester concentrer. Tenter de trouver le besoin de votre enfant selon les observations de l’école et les vôtres.

À l’aide de l’équipe d’enseignants, développez des stratégies d’interventions visant à lui apprendre concrètement ce dont on s’attend de lui seront grandement aidantes. Les conséquences doivent être en lien avec la faute commise de façon à responsabiliser l’enfant dans ses actions plutôt que de le punir. À ce sujet, je vous propose de lire l’excellent texte de Nancy Doyon « La discipline c’est plus que des conséquences » au lien suivant : https://www.nannysecours.com/education/la-discipline-cest-plus-que-des-punitions/

À la maison :

  • Tentez d’établir clairement votre cadre, avec votre conjoint idéalement.
  • Délimitez quelles peuvent être ses zones de « pouvoir » où il peut choisir et décider. Inversement, trouvez la limite de ce qu’il ne peut décider. Soyez constant et cohérent dans l’application des conséquences lorsque votre enfant dépasse la limite. On se souvient que l’on veut responsabiliser l’enfant dans ses actions, et non le punir.
  • Nommez-lui clairement et concrètement vos attentes selon les différentes situations qui peuvent se produire. Un cadre solide, des attentes claires le sécuriseront et lui indiqueront la marche à suivre.
  • Prenez soin de valoriser beaucoup plus les comportements que vous voulez voir se reproduire. Plus on intervient sur les « mauvais comportements », plus ils se reproduisent.
  • En ce sens, choisissez vos batailles! Laissez de côté les comportements qui risquent de disparaître d’eux-même.
  • De même qu’à l’école, tentez de trouver le besoin de votre enfant à la maison.

Gardez toujours en tête que vous êtes les « coachs » de votre enfant et qu’il a besoin de vous pour bien grandir. De l’aider à reconnaître son besoin, ses émotions, et le responsabiliser face à tout ça, lui permettra de grandir et de développer les compétences nécessaires à la vie en société. Travaillez toujours de concert avec l’équipe-école et votre conjoint. C’est la clé de la réussite!

Si la situation ne s’améliore pas, n’hésitez pas à consulter un professionnel ou un coach familial de votre région.

Bonne chance!