• Y a-t-il quelque chose d’effrayant dans la chambre des grands-parents ?

    Bonsoir,

    J’ai un garçon de 13 mois et depuis 2 semaines il ne veut plus dormir chez ses grands-parents. Il n’y est pas allé depuis 1 mois et ça fait 2 fois en 1 semaine qu’il hurle quand je veux lui faire faire la sieste alors qu’à la maison et chez nounou, pas de soucis. On a même changé de chambre en pensant que quelque chose l’effrayait, mais c’était la même chose. Il a hurlé pendant 45 min. Je ne sais pas comment faire, surtout qu’on va devoir le laisser quelques jours cet été.

    Merci


    Bonjour Mme Céline,

    Le sommeil et les siestes sont des besoins essentiels pour les enfants donc il n’est pas étonnant que ce soient des préoccupations importantes pour beaucoup de parents.

    Dans cette courte présentation de la difficulté que vous avez rencontrée, je retiens ces points positifs :

    • Votre petit garçon réussit à faire ses siestes à la maison;
    • Il réussit à les faire dans un autre environnement, soit chez sa nounou;
    • Il a déjà fait des siestes chez ses grands-parents sans que cela présente d’inquiétude;

    Il me manque toutefois certains éléments importants pour donner la réponse la plus juste et spécifique possible à votre besoin.  Je vais vous formuler des hypothèses qui pourront vous aider à faire une réflexion sur ce qui a pu provoquer ce changement de comportement chez votre garçon et complèterai avec quelques suggestions à essayer dans vos prochaines visites chez ses grands-parents.

    Tout d’abord, les premières questions que je me pose concernent son état de santé lors de la première fois que votre garçon a eu une réaction négative à faire sa sieste chez ses grands-parents.  Supposons qu’en étant en moins bonne condition physique, votre garçon, même s’il est tout petit, peut avoir fait une association entre son « mal-être » et le fait qu’il dormait dans une chambre ou dans un milieu étranger.  Les fois suivantes, lorsqu’il se retrouve dans un milieu inconnu,  il peut craindre la répétition de son malaise (ce n’est évidemment pas conscient!)

    • Est-ce qu’il était malade?
    • Avait-il la grippe? Prenait-il un antibiotique, un sirop ou un médicament qui aurait pu perturber son état général comme par exemple en le stimulant et en l’empêchant de dormir?
    • Était-il dans une période où il perçait des dents?
    • Avait-il bien dormi la nuit précédente?
    • Avait-il des problèmes de constipation ou des maux de ventre qui l’incommodaient?
    • Venait-il de vivre un changement dans sa routine comme par exemple, ne plus avoir de biberon pour la sieste ou ne plus avoir accès à sa suce?
    • Était-il dans une période de transition où les enfants ne font plus toujours deux siestes depuis un certain temps?

    Tous ces aspects peuvent influencer et nuire au confort lors de l’endormissement.

    Le second aspect qui est à valider concerne l’environnement.   Même si votre garçon est venu visiter ses grands-parents il y a un mois, ce délai est trop grand pour qu’il se sente en milieu connu dans une des chambres, lorsqu’il s’y retrouve seul, tel qu’il le vit quand il est chez sa nounou (en présumant qu’il y va plus régulièrement que chez ses grands-parents).

    Alors bien qu’il y ait eu des siestes qui se sont bien passées avant, il est intéressant de vérifier si des événements semblables se seraient produits :

    • Chez ses grands-parents, il est peut être dans un lit différent comme dans un parc et il aurait pu craindre ce changement.
    • Est-ce que la routine du dodo a été respectée le plus possible? Ex : même heure, même scénario de préparation qu’à la maison et chez la nounou?
    • La sieste a-t-elle eu lieu tout de suite en arrivant dans la maison et le petit n’a pas eu le temps de s’acclimater à ce changement?
    • Qui a tenté de l’endormir? Grand-papa, grand-maman, papa ou maman?
    • Est-ce qu’il se faisait garder ou si ses parents étaient présents?
    • Y avait-il d’autres visiteurs et d’autres enfants qui continuaient à faire du bruit dans la maison et le stimulaient?
    • Était-il en train de s’amuser avec les personnes, se faire cajoler par ses grands-parents et vous avez cessé son plaisir pour la sieste?
    • Comme parents, parfois, nous sommes disposés différemment lorsque nous devons endormir notre enfant ailleurs. Quand notre enfant ne veut pas dormir, nous pouvons ressentir du stress de l’entendre pleurer et/ou d’être incommodé par le fait qu’il pleure longtemps en présence de d’autres personnes, ce qui peut modifier notre attitude, soit en  étant plus ferme qu’à l’habitude ou au contraire moins ferme et l’enfant ressent ce changement chez nous et se sent moins sécurisé, donc moins enclin à s’abandonner dans le sommeil.

    Je me permets de vous faire quelques suggestions lors des prochaines visites chez ses grands-parents, d’autant plus que vous avez le projet de faire garder votre petit bonhomme très bientôt :

    • La première suggestion serait justement de faire quelques essais avant le moment de le faire garder. Si c’est réalisable pour vous, de retourner chez ses grands-parents, de diner avec eux et d’expérimenter à nouveau la sieste en après-midi par exemple. Si c’est possible de le faire plus d’une fois avant vos vacances, ce pourrait être gagnant.
    • Lors de ces essais, les grands-parents pourraient être les personnes qui s’occupent de la routine du dodo. Ces essais sécuriseraient autant les parents que les grands-parents, vous seriez alors moins préoccupés et cela permettrait à votre enfant d’apprivoiser progressivement ce milieu;
    • Bien informer les grands-parents de la routine instaurée dans sa famille et chez la nounou et leur faire respecter les mêmes heures de sommeil le soir et des siestes en avant-midi et en après-midi;
    • Ne pas omettre la sieste, qui est difficile, sous prétexte que l’enfant pleure, car il sera encore plus perturbé et épuisé pour se préparer à son dodo du soir et encore moins capable de s’endormir ;
    • Avant un an et demi, un enfant a de la difficulté à s’apaiser seul, il ne comprend pas ce qui le perturbe et il a souvent besoin de contacts physiques pour se calmer. Alors lorsqu’il pleure sans arrêt, il peut être bien de demeurer proche de son lit en maintenant votre main sur son bras ou dans son dos, quelques instants jusqu’à ce qu’il se calme.
    • Les parents et les grands-parents auront aussi comme défi de demeurer le plus calme possible durant la préparation à la sieste, et de se faire confiance;
    • Il peut y avoir de la musique douce dans la chambre pour l’apaiser;
    • Les enfants ont un odorat plus développé que les adultes, votre petit garçon pourrait profiter d’avoir avec lui une couverture, un toutou qu’il affectionne à sa maison ou même un vêtement d’un de ses parents pour lui permettre de s’endormir avec un objet significatif ou qui lui rappelle un doux souvenir.

    N’hésitez pas à consulter les autres articles concernant le sommeil sur le site de Nanny Secours,  vous y trouverez des informations sur le nombre heures de sommeil que les enfants ont besoin, sur d’autres suggestions concernant les dispositions à prendre pour favoriser les siestes et le sommeil nocturne;

    Et si le problème, que vous vivez, persiste, faites appel à une coach familiale de votre région, vous trouverez les coordonnées sur ce même site.