Cliquez ici

Être un homme… aujourd’hui!

Être un homme… aujourd’hui!
De nos ancêtres jusqu’à nos pères respectifs, les mœurs et les coutumes ont bien changées voir même, pour certaines, complètement métamorphosées… Les émotions, les sentiments ainsi que leurs homonymes étaient bien trop souvent des non-dits. Enfouis au plus profond des bois, au plus profond de l’homme, rien ne pouvait faire en sorte qu’un tel langage sortirait d’une bouche ou d’une autre. Il n’y avait pas de place à la faiblesse, qu’elle soit morale ou physique… Si tel était le cas, ravaler était la thérapie qui s’imposait. Plus l’homme était dur et plus le respect qu’on lui accordait était de la taille de son égo… Démesuré, je vous l’accorde, pour la majorité d’entre eux.

Et puis l’eau a coulé sous les ponts. L’eau a modifié les idéaux préconisés, modifié notre vision de ce que devait véritablement être un homme dans le monde d’aujourd’hui. La dureté et l’inflexibilité a fait place à la douceur ainsi qu’à l’ouverture de l’esprit. Les femmes ont pris place également dans ce monde où, il n’y a pas si longtemps, on ne les voyait même pas autrement que dans nos chaumières…

L’homme s’est alors complètement perdu, selon moi, à travers ce que l’on voulait, ce qu’on attendait et espérait de lui. Homme viril… Tendre… Fort… Travaillant… Présent pour sa famille ses enfants… Émotif… Je crois que tous ces qualificatifs devraient être et faire partie d’un tout. Nous nous devons, nous les hommes, trouver notre équilibre personnel. Tantôt Rambo…tantôt Roméo…tantôt DonJuan…tantôt Roi Arthur.

Plusieurs encore diront qu’un homme ça ne pleure pas… Qu’un homme ne sait pas s’exprimer… Et bien, je vous dis moi que ce n’est que de la foutaise…!! À presque 40 ans… je ne compte plus les fois où j’ai pleuré. Les personnes qui m’entoure et même de purs étrangers m’ont également vu pleuré et je n’en suis pas mort. Bien au contraire. M’exprimer et revendiquer ma place dans un monde où tout ce consomme et défile à un rythme effarant est, et restera un cheval de bataille. Je suis très conscient que ce n’est pas quelque chose qui se fait du jour au lendemain en criant « ciseaux »… Mais il n’est, et ne sera jamais inaccessible à celui qui l’apportera dans sa vie et son quotidien.

Messieurs, je vais peut-être aussi vous surprendre également en vous disant qu’il y a une autre force qui sommeille en nous… Et elle se nomme : le ressenti. Oui oui!! Vous avez bien lu le « ressenti »! Longtemps cru exclusif aux femmes de nos vies, ce dernier nous habite véritablement et entièrement. La clef de son accessibilité ne dépend que de nous. De notre acceptation de qui nous sommes…de qui on a été et de qui nous voulons être. Il n’y a pas de pilule ni d’injection possible afin d’atteindre un tel état d’esprit.

Le processus pour se rendre à cette magnifique force s’orchestre quand on se donne le droit d’être parfaitement imparfait. De faire des erreurs et d’en assumer les factures, d’être sensible et ouvert aux minuscules plaisirs de votre vie. Elle vous appartient entièrement et totalement. Qu’importe ce que les autres en diront ou voir même en penseront… Ils ne sont pas dans vos souliers!

Soyons fier de ce que nous sommes devenus par nos chemins respectifs.
Soyons fier de nos réalisations.
Soyons fier des tempêtes traversées et qui ne nous ont pas coulés.
Soyons fier de nos erreurs, de nos victoires comme des défaites.

Si chacune de ces expériences n’avais pas fait partie de votre route, vous ne feriez probablement pas la lecture de ces lignes présentement.

Je vous l’accorde, la pression viens de tous les côtés pour être « l’homme parfait ». Mais je vous rassure tout de suite, il n’existe pas! Et la raison est bien simple : vous êtes parfait pour vous-mêmes et le serez le temps venu pour quelqu’un d’autre. Ne cherchez que votre propre bonheur. Celui qui vient du plus profond de vous-même.

Faites-vous, et surtout, donnez-vous la confiance qui vous revient. Le tout saupoudré d’un amour propre et véritable. L’homme parfait vous apparaîtra ensuite dans le prochain miroir que vous croiserez… Je vous en fais la promesse.