Cliquez ici

Hommage à Annabel

Hommage à Annabel

Bonjour à vous….

Pour la plupart d’entre nous, nous connaissons l’effet que ça fait quand on désir tellement une grossesse, le cœur qui sert quand après avoir fait l’amour au bon moment dans le mois, on s’aperçoit que certaines choses changent sur notre corps, notre humeur devient parfois différente également, pour certaines ce sont les jours de retard de règles qui font déclencher les doutes.

Quand le matin, ayant un test en main, nous décidons que c’est THE matin ou nous allons apprendre que nous allons être parents pour la vie. Ouf tout un contrat, des fois on signe des contrats pour 1 an, 5ans, 25 ans, mais pour une vie, sans signature, mais plein d’émotions garanties, pas de mode d’emploi, des joies, des cris, des pleurs incluent. On s’engage aveuglément dans ce qu’on appelle le cycle de la vie.

Quand enfin sur le mini-bout de plastique nous voyons miraculeusement une deuxième ligne qui apparaît tout doucement, parfois si légère, parfois plus prononcée, mais rien de plus concret qu’une hormone détectée qui nous confirme les doutes que nous avions quelques jours avant.

Certaines veulent absolument passer cette étape avec leur copain, leur conjoint, leur mari, il y en a qui se permettent, comme moi, de faire le test seule et d’annoncer la surprise au futur papa, dans les minutes, les heures suivantes ou pour une occasion toute spéciale, tel un anniversaire, St-Valentin, Noël.

À partir de ce moment, les choses changent de perspectives, tout n’est plus comme avant, on fait attention à nous d’avantage, on marche quasiment sur des œufs, les jours, les semaines, les mois passent. Nous arrivons tout près du jour J, nous sommes excités, nous avons hâte de faire sa rencontre, finalement cette merveille décide de lui-même de venir au monde, nos vies changent catégoriquement, le centre de nos vies c’est ce petit trésor que nous avons tant caressé in-utéro, maintenant c’est concret, c’est vrai, c’est palpable, c’est la vie, c’est ça la vraie vie.

Passent les jours, les semaines et les mois, apprentissage suivi d’apprentissage, nous croyons que tout sera parfait toujours, que nos enfants nous appartiennent, qu’ils sont venus au monde pour nous rendre heureux et qu’ils nous étaient dus tout simplement.

Mais non, malheureusement, les enfants viennent au monde parce qu’ils ont décidé de faire parti de nos vies, tout comme ils décident de partir. Tout parent se croit à l’abri de ça, parce que ça ne doit arriver que dans les films ou dans les autres familles, mais non ça arrive aussi dans la vraie vie et dans nos familles aussi.

Le 14 avril cela à fait 8 ans que j’apprenais l’existence de ma ballerine dans mon bedon si plat à l’époque, le 9 décembre dernier cela faisait 7 ans qu’elle arrivait dans nos vies pour les illuminer, pour toute la vie que nous pensions. Et ce 6 mars dernier cela a fait 6 ans, qu’elle aura décidé de remettre ses ailes pour s’en aller vers le paradis.

C’est très dur pour un parent de vivre cette épreuve, c’est la pire épreuve qui existe sur cette terre. Ça prend du temps avant d’accepter et d’être capable de vivre avec l’absence, mais pour tous les parents qui l’ont vécu il y a longtemps, récemment ou si par malchance d’autres parents doivent le vivre, on s’en sort!

On passe par toutes les étapes du deuil, toutes, une à une, parfois on pense même qu’on régresse, qu’on recule, mais non ça fait parti du processus. Peu importe, la façon, l’âge de l’enfant, la perte d’un enfant reste la pire des pertes de la terre.

Jamais cette cicatrice ne se refermera pour toujours, elle restera toujours vive et douloureuse, mais on apprend à vivre avec ce mal. La vie ne sera plus jamais la même, mais elle est quand même agréable à vivre, pour nous, pour notre couple, pour l’amour de nos enfants, nous sommes là et nous le serons aussi longtemps que la vie nous le permettra.

Annabel, mon ange, ma belle, fille, sœur, nièce, filleule, cousine et amie tu serais devenue, tu seras toujours et à jamais dans nos cœurs, réchauffe un bout de nuage, pour chacun de nous, attends nous, nous nous reconnaîtrons parce que nous nous aimons.

Maman, papa, Samuel et Mégane…xxx et toute la famille élargie