• On es-tu assez bien?

    En tant que papa, il y a 3 moments dans l’année que je préfère : Les vacances d’été, le temps des Fêtes et… mon petit voyage de pêche annuel entre boys!

    Une fois par année, nous partons 4 amis, tous papa, se perdre dans le bois pour quelques jours. Pas de femmes, pas d’enfants. Juste du vin, de la bière et nos vers de terre… Je n’ai pas parlé de poissons parce que, lors de notre dernier périple, le poisson était parti en vacances! J’en ai entendu parler durant toute la dernière année par les 2 princesses qui attendaient patiemment d’en manger à mon retour. Leur visage quand ils ont vu la glacière vide… Clairement, elles me jugeaient: notre père est un mauvais pêcheur! On se perd dans le bois avec lui et on a le temps de mourir de faim trois fois avant que quelqu’un nous trouve! Alors, imaginez la pression que j’ai cet été!

    3 jours en plein coeur de la forêt sur le bord d’un lac, chalet de bois rond. Pas de téléphone, pas d’internet, nada! Aucun contact avec la famille, rien! Pas de routine du soir à faire avec les enfants. Pas besoin de répéter de bien manger au souper. Pas de course le dimanche matin pour les cours de natation. Rien! Tu gros bonheur sale, bien sale!

    Toute la journée on entend:
    Dans la chaloupe : “Eille, Yannick, on es-tu assez bien?” – “Mets-en!”
    Sur le balcon avec vu sur le lac le soir : “Eille Yannick on es-tu assez bien?” – “Mets-en!”
    Le matin avec le café en regardant le levé du soleil …. Bon, vous avez compris le concept!
    Mais je mens un tout petit peu. Oui, on est bien, mais il manque un petit quelque chose…

    En fait, c’est vrai qu’on est bien et que ça fait du bien de décrocher, mais vous savez quoi? Ça me fait juste plus réaliser que la vie sans enfant, je ne peux plus l’imaginer. Je ne me rappelle même plus ce que c’était! Alors, être loin de mes enfants, je trouve ça maintenant assez difficile, je dois l’avouer. Je suis un papa protecteur et quand je ne suis pas présent pour elles, je me sens bien inutile. Alors, imaginez à des centaines de kilomètres, perdus en plein bois sans avoir de nouvelles. On n’est pas si bien… Hein les gars?

    Bon, faut que je fasse une confidence, il y a au poste de surveillance de la pourvoirie un accès satellite au web. Nous devons y passer le soir pour connaitre nos lacs de pêche du jour suivant. Alors, pendant les boys sont occupés à y regarder la carte des lacs pour savoir lequel nous attaquerons au matin, je sors discrètement mon iPhone et regarde pour voir si tout est ok avec mes princesses. Et là, quand je vois tout est beau, qu’elles sont heureuses, qu’elles ont passé une belle journée et qu’elles dorment à poings fermés et en sécurité, je peux enfin dire :

    Non, mais les boys, on es-tu assez bien!