• La vérité (ou le pamplemousse) sort de la bouche des enfants

    La vérité sort de la bouche des enfants

    Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué mais si nous sommes vraiment attentifs, les enfants peuvent trouver des réponses à nos questions difficiles, nous dire des choses inattendues mais sensées et même évoquer la vérité. Bon, la vérité est toujours un sujet difficile à aborder. Elle peut laisser place à l’interprétation. Si on s’éloigne de la preuve factuelle, elle est parfois subjective.. Le but n’est pas ici de creuser la vérité en elle-même mais plutôt de l’aborder comme parents ou comme personne qui aime les enfants. Je vous promets qu’il y a un peu de plaisir à se pencher sur cet aspect et ce, même si nous ne sommes pas tous des spécialistes en la matière. Profitons-en!

    Bien avant d’avoir moi-même des enfants, j’ai été en contact avec cette chose qu’est la vision des enfants ou peut-être même leur niveau de conscience. Je me souviens d’un cours de psychologie de l’enfance au Cégep. Malheureusement, je n’ai plus le nom du prof ou la provenance de l’information, mais je me rappelle d’une question qui avait été posée à une fillette en bas âge. « Qu’est-ce que contient le corps de ton chien? ». Alors que, par un certain mécanisme, nous pourrions croire que la fillette ne possèderait pas le bagage nécessaire pour répondre à cette question, elle répondit: « Du jus de chien! »

    Récemment, lors d’une de ces fameuses rencontres d’information au Palais de justice sur les impacts de la séparation, un médiateur-psychologue citait en exemple une situation fort amusante afin d’expliquer aux parents cette caractéristique juvénile. Le matin, un enfant décide d’aller dans la chambre de ses parents pour qu’on lui serve à déjeuner. Les parents dorment. L’enfant demande à sa mère de lui faire à déjeuner. Sa mère lui répond: « Demande à papa! » Alors l’enfant réveille son père et lui demande: « Papa, peux-tu demander à maman de me faire à déjeuner? » Pourquoi pas!

    En fait, même si nous n’avons pas tous été formé à décortiquer ce phénomène de manière scientifique, nous pouvons dire que les enfants peuvent nous ramener sur terre par leur vision plus détachée. Détachée et moins affectée par un système de pensée que nous nous construisons au fil du temps. Plus direct. Cela fait du bien tout en étant très drôle.

    À mon tour, je me souviens d’un moment en voiture.  Autoroute 40 direction Montréal en compagnie de mes deux garçons. Pris dans le trafic, je devenais une bête. Habitué à châtier les gens qui me coupais, j’ai lâché un « crisse » en l’air. J’ai senti que j’étais dans l’erreur. Je ne voulais pas donner ça à mes enfants. Je me sentais mal. Je me suis souvenu d’une situation de mon enfance. Flashback. Nous étions dans une pratique de hockey et un de nos assistant-entraineurs avait passé un message à l’équipe. Nous nous étions mis à jurer de façon trop systématique. « Les gars, utilisez plutôt d’autres mots comme pamplemousse ». Disons que le substitut était assez léger. Mais bon! Puisque j’avais le goût du risque et un certain désir de me reprendre tout en utilisant ma propre expérience, j’ai livré un message aux enfants en leur expliquant que j’avais dit un mauvais mot et que ce n’était pas bien. Et bien sûr, il était donc préférable d’utiliser d’autres mots comme le mot pamplemousse. Quelques minutes plus tard, j’ai rapidement récolté le fruit de mon illumination parentale. Alors qu’une grosse camionnette noire décida de me couper sans même mettre son clignotant, mon plus jeune garçon s’est mis à gueuler: « Fais attention crisse de pamplemousse! » 

    Partagez cet article

    Commentaires