Cliquez ici

« Tais-toi et écoute!!! »

« Tais-toi et écoute!!! »

« Il fait tout pour qu’on le voit et qu’on l’écoute lorsqu’il a l’impression qu’on n’est pas là pour lui et pour lui seul ! »

Cette citation vous dit quelque chose ? C’est une phrase que bien des parents pourraient dire. Cette façon qu’ont certains enfants d’attirer l’attention sur eux en prenant l’exact moment où les parents ont autre chose à faire.

Combien de fois avons-nous dit aux enfants de ne pas nous couper lorsqu’il y a une discussion papa-maman en cours. Nous aurions pu ne pas nous parler pendant 6 mois et tout à coup au moindre signe d’une discussion possible…boum ! L’enfant apparaît avec une question. Et dans 90% des cas, la question est totalement inutile et ma foi inintéressante. Mais la disponibilité parentale n’y était plus. Le petit prince ou la mini-princesse se sentait exclu (ce qui était le cas en passant) !

L’autre après-midi j’étais témoin d’une discussion entre la maman et son père. Moment plutôt rare. Pour bien faire les choses, la maman a amené son fils pour se joindre au repas dans un restaurant. La maman et son papa, le grand-papa du fils de la maman, avaient une discussion. Du rattrapage de nouvelles. Et le fils a tout fait, mais je dis bien tout fait, pour interrompre et signifier aux adultes qu’il n’était pas le centre de l’attention. Peut-on vraiment en vouloir à l’enfant. Non. Mais le plus étonnant est que lorsque l’enfant, en montrant sa tablette avec des images plates ou en chatouillant l’un ou l’autre des deux adultes comme un bébé (ce qu’il n’était plus même si la maman dans son cœur ne le voit pas vieillir), les adultes cessaient tout à coup leur conversation pour regarder le petit prince en manque d’attention. Je sais de surcroit que ce petit trouble-fête n’en manquait pas d’attention. Mais la situation ne lui plaisait pas et il faisait tout en son pouvoir pour dire aux adultes: « c’est moi ou rien ! »

Vous me trouvez dur avec mon expression « trouble-fête » …c’est que je me retiens !!!

Comment voulez-vous que nous ayons des jeunes ouverts lorsqu’ils se referment sur leur nombril et que, sans tenir compte de leur environnement, ils veulent tout tout de suite. Je suis sidéré par les parents qui n’ont pas la capacité de dire: « un instant, je parle !!! » (Et de le maintenir). À ces mots, l’enfant risque de rentrer dans un moment de « bougonnage », ce qui est très bien ! Mais notre cœur de parent ne peut pas le prendre. C’est difficile sentir que petit prince ou mini-princesse ont été contrariés. Pourtant c’est un grand service à leur rendre que de les inclure dans la conversation ou leur apprendre à écouter ce qui se passe autour et à s’y intéresser. S’intéresser à autre chose que son petit nombril poussiéreux.

Oh oui ça été tout un apprentissage pour moi car je devenais d’une impatience monstre lorsque je tentais de parler à la maman ou à toute autre personne autour et que mes petits princes ne cessaient de nous tirer sur la manche. La peur de les exclure, la peur qu’ils se sentent repousser et surtout la peur qu’ils se sentent mal aimés !!!

Si je vous raconte ça, c’est que la vie m’a prouvé que tout fonctionne à long terme. Si on leur apprend à se taire et à écouter, c’est aussi pour l’avenir. Pour l’école. Pour le travail. Pour les relations d’amis. Pour tout le reste de la vie. Pas juste pour le petit moment en cours. Et si son égo est un peu atteint, bin il va s’en remettre croyez-moi! Et si je maintiens mon idée, à la longue, il va savoir que c’est de l’amour et non pas du rejet. Ah le long terme…on n’a pas fini d’en parler.

Je vous ai raconté la fois où j’ai annulé le gros party d’anniversaire de mon fils… la veille dudit gros party… !!!???