• Visiter le Temple avec sa fille

    Je me souviens comme si c’était hier…L’odeur des hot-dogs mélangé avec l’odeur de la bière et de la senteur de boule a mite du manteau de fourrure de la femme assise à côté de moi. Le nuage de fumée de cigarette qui flotte au-dessus de la patinoire complètement blanche, sans publicités, sur laquelle flotte littéralement les Lafleur, Robinson, Gainey et Nilan.

    Ces souvenirs d’aller voir les Canadiens sont parmi mes plus beaux souvenirs. Nous avions l’habitude de les écouter en famille devant la télévision dans le salon mais, aller les voir au Forum de Montréal était magique. Ces soirs que nos parents nous réveillaient pour que nous puissions voir une équipe gagner la coupe Stanley!

    Ma plus jeune, 4 ans, n’avait pas encore eu la chance de venir au hockey avec papa. Un caillot me passe un cerveau en revenant du travail et je décide que c’est ce soir que ça se passe! Je réussi donc à avoir des billets à bas prix via une application et hop j’habille la petite aussitôt en arrivant pour la préparer. Non, en fait, ma femme habille la petite avec son petit chandail du Canadiens rose et la prépare! Parce que quand je la coiffe elle ressemble plus à une enfant qui s’est battue avec un animal sauvage qu’à autre chose! Chaque fois que je la peigne, j’ai toujours peur que quelqu’un appelle la DPJ pour faire un signalement d’enfant maltraité!

    Après une excursion en métro, nous arrivons enfin dans le Temple! Je dis excursion parce qu’ avec les retards, les pannes et les spécimens que nous y croisons c’est comme faire un safari mettant en vedette des humains.

    Le sourire de ma petite quand nous sommes arrivés et qu’elle a vu la patinoire, m’a fait réaliser que ce n’est pas seulement mon caractère, disons, particulier que je lui ai passé dans ses gènes mais aussi l’amour du hockey. Voir ce petit bout de fille commencer à chanter Go Habs Go et entraîner le reste de la section avec elle était magique. La voir sauter de joie lorsqu’il y avait un but! Et là, j’ai aussi remarqué qu’elle avait hérité des gènes de maman qui crie même quand c’est l’autre équipe qui compte!

    La cerise sur le sundae: papa et elle sur le grand écran géant! Tous les regards qui se tournaient vers elle parce qu’elle était “donc cute”! Du haut de ces 4 ans, ma fille était une petite star dans sa tête. Youppi pouvait bien aller se rhabiller, ou se déshabiller plutôt.

    Assis avec ma princesse, ma bière en main, elle une slush dans la sienne, qui se retourne et m’offre son plus beau sourire, qui me serre dans ses bras et me dit le plus beau des mercis, c’est un moment que je n’oublierai jamais.

    Pour un instant, mon père, parti beaucoup trop tôt, était assis à la place du fan de l’équipe adverse à côté de moi et criait Go Habs Go avec nous.