Cliquez ici

Devrais-je faire vacciner mon enfant?

Devenir parent implique un nombre incalculable de questionnements et de décisions. La vaccination fait invariablement partie de ces questions que se posent les nouveaux parents. Est-ce obligatoire de faire vacciner mon bébé? Sera-t-il vraiment protégé? Ou bien sera-t-il plus malade? Pourquoi protège-t-on contre des maladies qui n’existent plus? Pourquoi vaccine-t-on contre une maladie bénigne comme la varicelle? Comme parent, vous vous posez certainement toutes ces questions et bien d’autres. Voici quelques pistes de réflexion :

  • La vaccination n’est pas obligatoire au Québec. Aucune école ne peut refuser un élève sous prétexte qu’il n’est pas vacciné.
  • Bien que le nombre de vaccins compris dans le calendrier québécois soit plus élevé qu’il y a 25 ans, le nombre d’antigènes (les molécules stimulant le système immunitaire) total reçu par nos enfants est beaucoup moins élevé qu’avant.
  • Les vaccins n’affaiblissent pas le système immunitaire. Celui-ci est en fonction 24h/24, puisque nous sommes constamment en contact avec un nombre incalculable d’agents pathogènes et ce, tout au long de notre vie.
  • La vaccination comporte certains risques, comme l’allergie. Les complications graves sont toutefois très rares. Les effets secondaires les plus fréquents sont une induration, de la rougeur et de la douleur au site d’injection, ainsi qu’une légère fièvre.
  • La très grande majorité des vaccins ne contient qu’un fragment du virus, soit celle qui sera reconnue par le système immunitaire. Ces virus étant morts et brisés, ils n’ont pas la capacité de se reproduire ni de rendre malade. C’est le cas du virus de la grippe, notamment.
  • Dans les pays où la vaccination est bien installée, la vaccination fait souvent plus peur que la maladie elle-même, celle-ci étant beaucoup moins présente grâce au grand nombre de personnes vaccinées.
  • Bien que la majorité de la population développe une quantité d’anticorps suffisante pour assurer leur protection contre les maladies pour lesquelles elles ont été vaccinées, un faible pourcentage des gens ne produiront pas ces anticorps. D’autres feront le choix de ne pas se faire vacciner. Ainsi, ces personnes seront protégées par la bande, la majorité de la population ayant développé son immunité.
  • Les vaccins sont sujets à de très nombreuses études, tant durant leur création qu’une fois sur le marché et pendant de très nombreuses années. Ces études sont toutes du domaine publique.
  •  À ce jour, une seule maladie a été déclarée éradiquée, soit la variole. Une autre, la poliomyélite pourrait l’être bientôt. Certains pays ayant arrêté la vaccination de masse trop tôt ont vu des épidémies renaître…
  • Internet regorge d’information sur la vaccination, mais cette information n’est pas toujours fiable et s’organise souvent en campagne de peur. Attention aux sources d’information que vous consultez!

Amélie Chiasson, inf. B.Sc. Infirmière clinicienne

Infirmière clinicienne et experte YOOPA. Infirmière clinicienne Passionnée de périnatalité, Amélie Chiasson est infirmière clinicienne, diplômée de l’Université de Montréal. Elle-même mère de deux enfants, elle considère la grossesse et l’accouchement comme des événements intenses, uniques et naturels.