Cliquez ici

Comment surmonter la dépression en tant que parent

Comment surmonter la dépression en tant que parent

La dépression, une maladie mentale omniprésente dans la société, demeure souvent entourée d’un tabou, en particulier chez les parents. Que ce soit par honte, culpabilité ou désarroi quant à ne pas savoir par où commencer à l’adresser, plusieurs parents se replient sur leur réalité vécue et tentent de la dissimuler. Ceci peut être hautement énergivore dans leur quotidien familial, non-efficace pour aller mieux, car les efforts sont mis à camoufler la condition plutôt qu’à agir sur les priorités de leur plan de récupération.

Reconnaître et accepter l’aide : les premiers pas

Au cœur d’un plan de traitement efficace, la reconnaissance de la nécessité d’aller chercher de l’aide et la prise de conscience que l’on ne va pas bien sont des points cruciaux. Certains parents prennent conscience de leur état par eux-mêmes, tandis que d’autres bénéficient du feedback bienveillant de proches ou de professionnels de la santé. Savoir nommer ce que l’on vit à son entourage, sans forcément entrer dans les détails, peut aussi faire partie du plan de récupération afin de favoriser la compréhension de son réseau, ajuster les attentes envers soi-même lors de cette période difficile et se sentir soutenu dans la démarche entamée de récupération.

Autres conditions mentales impactant les parents

Outre la dépression, d’autres troubles mentaux tels que le burn-out, le trouble d’adaptation ou le stress aigu peuvent aussi affecter le quotidien parental. Des changements dans l’humeur, une diminution de l’énergie à participer aux routines familiales, la perte de plaisir, des difficultés à prendre des décisions et une disponibilité émotive réduite, tant envers soi que son réseau, peuvent être présents.

Facteurs et prise de conscience

Le développement des problèmes de santé mentale est multifactoriel. Certaines personnes peuvent avoir des prédispositions génétiques, mais plusieurs autres facteurs existent tels les facteurs environnementaux, les facteurs hormonaux, des événements de vie ainsi que la gestion du stress et de l’énergie. L’essentiel est de travailler vers le rétablissement plutôt que de s’installer dans la rumination et la culpabilité.

Moyens de récupération

Divers moyens aident à surmonter un épisode difficile, tels que le support psychologique avec une personne-ressource qualifiée, la médication et l’ajustement des habitudes de vie incluant l’activité physique et l’équilibre de vie. La recherche d’aide est primordiale et elle ne doit pas être retardée malgré le rythme rapide de la vie familiale et les responsabilités parentales dans ses diverses sphères de vie. Prendre soin de soi est une responsabilité envers soi-même à ne pas minimiser et qui devient une priorité lorsqu’on ne va pas bien, même en tant que parent.

Aborder la situation avec les enfants : stratégies encouragées

Les enfants étant sensibles à leur réalité familiale, il est important de leur expliquer les ajustements présents dans leur routine quotidienne. Il est encouragé, à un moment opportun, que le parent puisse aborder ce qu’il souhaite leur nommer, d’une manière personnalisée à leurs besoins et leur développement. Voici quelques stratégies encouragées pour aborder avec un enfant le sujet d’un épisode difficile au regard de la santé mentale d’un parent :

  • Aborder le sujet à un moment calme de la routine où, tant le parent que l’enfant, ont une énergie suffisante pour aborder ce sujet émotif.
  • Savoir ce que l’on souhaite en tant que parent nommer ou ne pas nommer.
  • Valider ce que l’enfant sait déjà pour ajuster la discussion.
  • S’assurer que l’enfant ne se sente pas responsable de la condition de santé mentale du parent.
  • Avoir des affirmations rassurantes (ex : « bien que ce soit telle personne qui est responsable de tel moment dans la routine présentement, je suis encore ton parent », « je prends soin de moi pour aller mieux », « je reçois de l’aide »).
  • Utiliser des termes clairs et adaptés au développement de l’enfant.
  • Respecter le besoin ou non d’en parler de l’enfant : l’important est qu’il sache qu’il peut en parler si besoin.

Un outil ludique pour faciliter la discussion

Un support à la discussion peut parfois être utile, que ce soit à travers un média artistique pour s’exprimer différemment, des marionnettes pouvant faciliter la prise de parole sur un sujet émotif, et/ou un livre imagé à regarder en famille ou à laisser explorer par l’enfant. En cas de doute, ou si le parent souhaite valider son plan d’aborder sa condition avec son enfant, il est possible d’en parler avec une personne-ressource qualifiée pour préparer cette discussion et l’adapter à la condition de santé présente et la réalité familiale vécue.

C’est d’ailleurs afin de répondre à ce besoin d’ouvrir la discussion en douceur sur ce thème que l’ouvrage Maman et le nuage qui passe a été conçu et autopublié en 2023 par l’ergothérapeute Marie-Michèle Bertrand et la diplômée en travail social Stéphanie Houle. Cet outil ludique offre une approche imagée et bienveillante, avec une flexibilité d’utilisation à la lecture, pour aborder la santé mentale parentale. Il propose un conte, des stratégies de communication pour le parent, des suggestions de questions à poser, un imagier et un coloriage favorisant une compréhension adaptée à l’enfant.

Ressources et levée des tabous

De plus en plus de ressources variées existent pour aider à lever les tabous sur la santé mentale et afin de mettre son énergie sur son plan de récupération. Être un parent ne doit pas retarder la recherche d’aide. Voici des ressources à consulter :