• Papa, maman… allez-vous vous séparer de moi aussi un jour?

    Chère maman, cher papa,

    Depuis que vous m’avez dit que vous n’habiterez plus ensemble, je me suis demandé : et moi, ma place, où sera-t-elle ? Est-ce que je vais perdre ma maison, l’arbre que nous avons planté à ma naissance, et mes amis… vous savez, ceux avec qui je joue après l’école ? Est-ce que je vais devoir décider avec qui je vais habiter ? J’avoue que je trouverais ça bien difficile : je vous aime tous les deux !!! Et vous savez, quand vous avez dit que vous ne vous aimiez plus comme amoureux, c’était vraiment difficile à comprendre pour moi… J’ai eu peur qu’un jour vous ne m’aimiez plus comme enfant. Une chance que vous m’avez expliqué que ça ne pourrait pas arriver… Mais j’ai quand même encore un peu peur !

    La décision de vous séparer, vous l’avez prise sans moi, alors, vous vous êtes peut-être déjà posé ces questions, et vous avez peut-être déjà des réponses… Mais moi, je ne sais pas ! Je pense qu’il y aura beaucoup de changements bientôt et ça m’inquiète. Est-ce que vous allez me comprendre quand j’aurai des émotions toutes mélangées et qu’il m’arrivera de faire des crises « pour rien » ? Personne ne m’a expliqué les détails et moi, j’ai de la peine parce que je perds ma famille. J’aurai aussi besoin de plus de câlins, même si vous aussi vous semblez plus stressés…

    Ah je sais ce que j’aimerais ! Puisque vous ne voulez plus habiter ensemble, on pourrait garder la maison et, une semaine sur deux, chacun de vous viendrait y passer la semaine… C’est vous qui changeriez de maison ! Comme ça, je pourrais garder toutes les choses auxquelles je suis habitué : mon école, mes amis, ma chambre, mon arbre… Mais non, ce n’est pas possible… Je le réalise parce que c’est vraiment difficile pour un adulte de toujours changer de maison… Ça doit être pour ça que ce sera moi qui aurai à le faire…

    Mais une semaine sans voir papa ou maman, c’est long ! Qu’est-ce qui arrivera lorsque j’aurai le gout de voir papa ? Est-ce que je pourrai te le dire maman ou ça te fera de la peine ? Je ne veux pas te faire de peine… Mais j’aimerais vraiment ça pouvoir l’appeler si je m’ennuie !

    Puis il y a ma petite sœur. Elle est vraiment petite : elle parle en bébé et tombe encore souvent en marchant. Elle aussi devra changer de maison une semaine sur deux ? J’ai une idée: peut-être que vu qu’elle est encore petite, nous pourrions habiter juste dans une maison ! Ma petite sœur passe presque tout son temps avec maman alors ça pourrait peut-être être chez elle que nous allons habiter ? Mon papa, je l’aime beaucoup, alors j’espère que même si je fais toujours mes dodos chez maman, il viendra me voir souvent après l’école ou au soccer pour qu’on passe du bon temps ensemble. Mais si je devais changer de maison à toutes les semaines, j’aimerais mieux changer les vendredis. Comme ça, je pourrais commencer par passer plus de temps avec toi maman, ou papa, parce que je me serai ennuyé, au lieu d’avoir plein de choses à faire et de devoir me coucher tôt pour être en forme le lendemain…

    Ou peut-être que ce sera plutôt comme Loïc, mon meilleur ami : il ne sait jamais qui viendra le chercher à l’école, s’il doit rester au service de garde ou prendre l’autobus, parce que parfois il va chez maman, parfois chez papa. Je pense que j’aimerais ça parce que ça ferait moins de jours avant que je puisse vous revoir… Mais je crois que ça me mélangerait un peu aussi.

    Ah oui, une autre question … qui devrais-je écouter pour les consignes ? Je sais ! Je pourrai choisir ! Lorsque les consignes de papa me font plus plaisir, j’écouterai celles-là et lorsque ce seront celles de maman, bien, j’écouterai celles-là ! Non, non. Ça non plus ce n’est pas réaliste parce que vous ne voudrez sûrement pas : j’aurais toujours le droit de faire tout ce que je veux et vous ne voudrez certainement pas ça. Je devrai donc m’habituer à retenir celles de maman lorsque je suis avec elle et celles de papa lorsque je suis avec lui… Mais ça serait bien que vous vous entendiez pour que ça ne change pas trop ! Parce que… Ouf ! Ça va me demander un grand effort ! J’espère que vous allez être compréhensifs !

    J’allais oublier … qu’est-ce que nous allons faire avec toutes mes choses ? Vous savez, j’ai des toutous et des jouets préférés. Est-ce que je vais pouvoir les apporter avec moi lorsque je vais devoir changer de maison ? J’espère que oui parce qu’une semaine sans mon toutou Baleini, c’est très long ! Je pense aussi que d’avoir des choses que je peux apporter chez vous deux va m’aider à me sentir plus stable … un peu comme si j’avais encore juste une maison. Et qu’est-ce qui arrivera lorsque j’oublierai quelque chose ? C’est vraiment beaucoup de stress de devoir penser à tout ! J’espère que je n’aurai pas de punition lorsque j’aurai un oubli. Et j’espère aussi que vous vivrez assez près l’un de l’autre pour qu’on puisse aller chercher les choses que j’aurai oubliées.

    En tout cas, j’espère que vous allez vraiment tenter de vous mettre à notre place lorsque vous aurez à prendre des décisions… Même si ce qui est dans notre meilleur intérêt est vraiment difficile pour vous… Vous savez, vous n’avez pas à tout me dire, mais vous pouvez discuter avec moi pour savoir ce que j’en pense. Moi aussi j’ai des idées et même si vous choisissez une autre solution que la mienne, au moins je vais avoir l’impression d’avoir participé et de pouvoir vous dire réellement comment je me sens. Mais surtout, ne me mentez pas, cela rendra les choses plus difficiles. Et aussi, il y a des choses que je ne veux pas savoir : c’est entre vous, moi ça ne me regarde pas ! Merci de ne pas m’avoir raconté pourquoi vous êtes fâchés l’un contre l’autre… Ce serait terrible pour moi de devoir choisir un camp.

    Une dernière petite chose avant de vous laisser à vos problèmes d’adultes… J’espère que lorsque j’aurai une graduation ou un autre événement spécial, vous serez capables de vous tolérer dans la même pièce. Déjà que la séparation, je ne la voulais pas, j’aimerais vraiment pouvoir partager tous les grands moments de ma vie avec vous deux. Pas obligés d’être des amis, juste de vous dire bonjour avec un sourire, ça me ferait vraiment plaisir !

    Ah et encore une question … juste une autre ! Si vous avez des inquiétudes ou si vous trouvez que c’est difficile, pourriez-vous appeler notre coach familial ? Je l’aime bien et je sais qu’elle aura des bons trucs pour nous aider à choisir ce qui est le mieux pour nous tous.

    Merci de m’avoir lu,
    Votre enfant … à vous deux !

    Pour toute information additionnelle à ce sujet, veuillez lire les textes suivants :